Accueil | Blogue | Avis d’experts

31 août 2018

6 aspects qui préoccupent les gestionnaires financiers

De nos jours, les gestionnaires financiers ont plusieurs préoccupations. Le milieu des technologies de l’information (TI) est en constante évolution et les entreprises doivent s’adapter aux changements. Un véritable défi qui bouleverse les modèles d’affaires tout en créant de nouvelles opportunités.

La sécurité des données

Assurer la confidentialité des renseignements personnels est une bataille constante et incessante pour tous les gestionnaires financiers en 2018. De nombreuses sociétés ont fait la manchette après que plusieurs de leurs données importantes eurent été diffusées sur Internet. Pour éviter que cela arrive à votre entreprise, mettez en place une politique de confidentialité globale et logique comprenant entre autres l’acquisition et la maintenance d’un système de sécurité pour vos données. Une stratégie de sécurité informatique ciblée et adéquate est un bon investissement, car elle réduira significativement les coûts et les tracas à venir en cas d’attaque.

La gouvernance des données

Les gestionnaires financiers et leurs employés doivent traiter quotidiennement un nombre toujours plus grand de données. Ces données peuvent coûter cher à une entreprise lorsqu’elles ne sont pas bien exploitées. Une étude d’IBM de 2016 estime d’ailleurs que les données de mauvaise qualité coûtent plus de 3 billions de dollars annuellement aux entreprises, et ce, uniquement aux États-Unis. En fait, seulement 3 % des données recueillies seraient acceptables, selon cette autre étude. La gouvernance des données constitue ainsi la politique d’utilisation des données au sein d’une entreprise. Il s’agit de leur donner de la valeur en les exploitant adéquatement. Par exemple, après avoir analysé les données de vos clients, vous pourriez mettre au point de nouveaux produits et services pour répondre davantage à leurs besoins. Vous pourriez également faire de la maintenance prédictive, c’est-à-dire récolter de l’information sur votre équipement, par exemple, pour mieux planifier les entretiens et mieux prévoir les bris et les pannes. Les possibilités sont infinies. Pour réussir à obtenir des résultats concrets, l’utilisation des données doit toutefois être rattachée à des objectifs précis. Il s’agit donc de mettre en place une stratégie visant à transformer de l’information en valeur.

Évaluer le besoin d’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle (IA) est sur toutes les lèvres en ce moment. Selon le Accenture Report 2017: How AI Boosts Industry Profits and Innovation, elle a le potentiel de faire croître la profitabilité des entreprises de 38 % d’ici 2035. Il est déjà possible, dans plusieurs secteurs d’activités, de créer des logiciels d’IA permettant de prévoir les commandes et les comportements des clients. En aidant les entreprises à prendre des décisions plus judicieuses, plus intelligentes et plus rapides, l’IA permet d’accélérer la croissance et de prévenir les embûches. Toutefois, pour en tirer profit, il faut recueillir des données et bien les organiser. L’IA a besoin d’informations à digérer pour pouvoir travailler. Des milliards de dollars sont investis partout dans le monde dans le développement de l’IA, et le secteur financier n’y échappe pas. « On voit émerger toute une série de technologies financières, les fintechs, qui font appel à l’IA pour déterminer les besoins et les risques, dit Jean-François Gagné, président-directeur général d’Element AI. Les robots-conseillers, par exemple, cernent le profil des clients et leur attribuent une stratégie de placement. » Le défi actuel est donc de bien préparer les structures de l’industrie financière afin qu’elle soit prête à accueillir les grands bouleversements à venir.

L’alignement stratégique des TI

La technologie constitue l’un des plus importants postes de dépenses des entreprises, selon un constat de PwC. Ce secteur intéresse aussi de plus en plus les gouvernements qui veulent rester compétitifs à l’échelle internationale. Par exemple, en 2017-2018, le gouvernement fédéral a établi un nouveau record en investissant 12,1 milliards de dollars dans les activités scientifiques et technologiques, d’après un rapport de Statistique Canada. Pour être efficaces, les outils technologiques d’une société doivent cependant s’aligner avec l’ensemble de ses objectifs. L’alignement stratégique consiste donc à s’assurer que la stratégie de développement technologique d’une entreprise va dans la même direction que sa stratégie générale. Bien implantée, cette technique permet de rester compétitif, et ce, à moindre coût.

Le contrôle des coûts : l’objectif ultime

Le contrôle des coûts n’est pas une préoccupation récente. Depuis toujours, les gestionnaires financiers des PME tentent de limiter leurs dépenses et de maximiser leurs profits. Malgré cela, il semble encore aujourd’hui que peu de sociétés maîtrisent cet aspect. Selon une étude de Wolters Kluwer, 61 % des PME considèrent l’incapacité à bien gérer les coûts comme la principale raison expliquant la faillite d’une entreprise. Plus près de chez nous, une étude canadienne identifiait les faiblesses de gestion comme l’une des quatre principales causes de la faillite. Peu importe le type de projet, vous devez vous fixer des objectifs clairs. De cette façon, vous pourriez prendre de meilleures décisions, tout en vous assurant que le rendement du capital investi est suffisant. Bref, l’impulsivité n’a pas sa place.

La formation des employés aux nouvelles technologies

Avec tous les changements technologiques qui se produisent dans les PME, vous devez vous entourer d’employés flexibles et motivés à apprendre de nouveaux outils. Des employés qui ne sont pas performants peuvent coûter cher à une entreprise. Selon un sondage effectué auprès de gestionnaires financiers par la société Robert Half, chaque semaine, les gestionnaires financiers gaspillent plus du quart de leur temps à former et à superviser des employés peu performants. Imaginez tout ce que vous pourriez faire avec ce temps de plus! Pour diminuer vos coûts, vous devez vous entourer d’employés motivés, polyvalents et débrouillards. Pour y arriver, assurez-vous que le processus d’embauche est efficace. N’hésitez pas, par exemple, à évaluer les compétences des candidats au moyen de différents tests.

Des défis stimulants pour les gestionnaires financiers

Les prochaines années réservent de beaux défis aux gestionnaires financiers des PME. En plus de devoir jongler avec un nombre toujours plus grand de données, ils devront apprivoiser l’intelligence artificielle et former leurs employés aux nouvelles technologies. Et vous? Quelles sont vos plus grandes préoccupations?